Pollution atmosphérique et pandémie

Un taux de pollution élevé rend-il plus vulnérable au SARS-CoV-2 ?

Les personnes exposées à la pollution de l’air sont plus à risque de forme grave de Covid-19

Pour l'OMS, l'exposition à des niveaux élevés de pollution atmosphérique sur de longues périodes pourrait augmenter le risque de forme grave de Covid-19.

" Les responsables de l'OMS ont déclaré à la BBC qu'ils se penchaient sur l'Asie, l'Afrique et l'Amérique latine pour aider les autorités à inclure ce risque dans leur plan de lutte contre la pandémie. "

Une cartographie des villes à niveaux élevés de pollution atmosphérique est en cours " parce qu'elles ont été associées par le passé à des maladies respiratoires."

NB: selon l'OMS environ sept millions de personnes décèdent chaque année à cause de la pollution de l'air.

 

Paru le 21 avril sur bbc.com => https://www.bbc.com/afrique/monde-52363187

 

" La pollution atmosphérique est liée à des taux de mortalité plus élevés par COVID-19 " => https://www.hsph.harvard.edu/news/hsph-in-the-news/air-pollution-linked-with-higher-covid-19-death-rates/

" L'étude est la première à examiner le lien entre l'exposition à long terme à la pollution de l'air par les particules fines (PM2,5) - générée en grande partie par la combustion de carburant des voitures, des raffineries et des centrales électriques - et le risque de décès dû au COVID-19 en les Etats Unis "

" En ajustant la taille de la population, les lits d'hôpitaux, le nombre de personnes testées pour le COVID-19, la météo et les variables socioéconomiques et comportementales telles que l'obésité et le tabagisme, les chercheurs ont constaté qu'une petite augmentation de l'exposition à long terme aux PM (*) 2,5 entraîne une forte augmentation du taux de mortalité COVID-19. "

Selon l'étude, une personne qui vit pendant plusieurs dizaines d'aanées dans une zone où la pollution par les particules fines est élevée a 15% de risque en plus de mourir du COVID-19 qu'une personne qui vit dans une région dans laquelle la pollution atmosphérique est inférieure à un microgramme par mètre cube.

Ceci concordent avec les liens déjà connus entre l'exposition aux PM2,5 et le risque plus élevé de décès par maladie cardiovasculaire ou maladie respiratoire. 

(*) particules fines dont la taille est inférieure à 2.5 µm (micromètre ou micron). À titre de comparaison, le diamètre moyen d'un cheveu humain est de 50 à 70 µm => cf. image ci-dessous qui compare la taille d'un cheveux à un grain de sable fin à du pollen et à une particule fine PM2.5 

 

Pm2 5

Dans le cadre de l’étude de la qualité de l’air, ces particules sont classées en fonction de leur "diamètre aérodynamique",

(diamètre moyen d’une sphère aux propriétés aérodynamiques similaires)

Les particules PM2.5 se déposent plus lentement et peuvent donc rester en suspension dans l'atmosphère pendant des jours, voire plusieurs semaines.

https://www.irceline.be/fr/documentation/faq/PMsize1.png

 

 

23 avril 2020

Précédent : La durée de la convalescence post Covid-19   Suivant : La disparité homme / femme en cas de Covid-19