Technologie 5G et pandémie de Covid-19

Étude sur la distribution asymétrique des cas de COVID-19 et sa relation avec la technologie 5G par Bartomeu Payeras Cifre, biologiste et artiste-peintre espagnol (https://ca.m.wikipedia.org/wiki/Bartomeu_Payeras_Cifre)

Recherche de corrélations (étude non publiée)

Objectif 

" Voir s'il existe une corrélation entre les cas de coronavirus et la présence de réseaux 5G. Sans entrer pour l’instant dans l'analyse de relation de cause à effet, qui sera faite ultérieurement en cas de résultats positifs. Puisque l’échantillon statistique est suffisamment grand, il est possible que les résultats obtenus aient un haut niveau de fiabilité. "

 

Matériel et méthodes

" La méthode utilisée a été de comparer l'incidence (nombre de cas pour 1000 habitants) entre pays avec et sans technologie 5G. Entre régions d'un même pays avec et sans technologie 5G. Entre villes du même état avec et sans technologie 5G. Entre différents quartiers d'une même ville avec la carte de réseau 5G de la ville. De comparer des États aux frontières communes avec et sans technologie 5G. De comparer le cas d'un État inclus dans un autre, comme c'est le cas de Saint-Marin."

Les données de chaque carte ont été relevées le même jour.

Pour voir les cartes => Étude sur la distribution asymétrique des cas de COVID-19 et sa relation avec la technologie 5G

 

Voici sa conclusion (au 14 avril 2020)

  1. Les résultats obtenus démontrent un lien clair et étroit entre le taux d'infections du coronavirus et les emplacements d'antennes 5G.

  2. Cette étude n'analyse pas les effets bénéfiques ou nocifs du rayonnement électromagnétique 5G sur l’Homme. Elle ne fait qu’indiquer une relation de cause à effet possible dans la pandémie actuelle.

  3. L’effet frontière est significatif, original et propre à cette pandémie : Il présente des différences marquées entre les états contigus avec et sans installation 5G. il est particulièrement significatif que les pays limitrophes de la Chine aient des taux d'infection très faibles. On peut aussi le comparer entre le Mexique et les USA, entre le Portugal et l'Espagne…

  4. Le cas de Saint-Marin est particulièrement significatif. Cet État a été le premier au monde à installer la 5G et, donc, l'État où les citoyens ont été le plus longtemps exposés aux rayonnements 5G et, chose révélatrice, le premier État infecté dans le monde. La probabilité que cela se produise est de 1 sur 37.636.

  5. Dans les villes étudiées, Madrid, Barcelone et New York, on voit aussi cette corrélation. Dans l'étude de la ville de Barcelone, on constate que le facteur socio-économique joue un rôle important.

  6. Il est très révélateur que sur le continent africain, avec ses ressources sanitaires limitées mais sans 5G, le taux d'infection soit très faible. Il n’y a que quelques antennes en Afrique du Sud, où les taux d'infection sont les plus élevés d'Afrique.

  7. Taux d'infection dilués. Les taux de certaines régions sont influencés par les villes avec 5G, mais les taux d'infection de ces villes sont dilués dans ceux de la région où elles sont situées. Il est donc plus important, comme dans le cas de l'Espagne, de comparer les régions autonomes formées d’une province, que celles avec trois anciennes provinces ou plus. Ainsi, nous constatons que quelques régions avec la 5G, comme La Rioja, Madrid et la Navarre, ont des taux entre 4 et 8 fois plus élevés que les autres sans 5G. Il en va de même pour d'autres villes du monde où le réseau 5G ne couvre pas tout le territoire de l'État ou de la région.

  8. Ces données et résultats ont la qualité d’avoir été obtenus ‘in vivo’, non basées sur des données prospectives ou d’étude de laboratoire. Jamais auparavant nous n'avons eu autant d'informations épidémiologiques sur une maladie de l'Homme pour pouvoir lancer des études scientifiques.

 

" Un moyen de répondre à la question de la relation de cause à effet, serait de déconnecter les réseaux 5G, au moins à titre préventif, et de voir les résultats de l'évolution des cas de coronavirus. Il serait de même possible d’étudier le taux d'infection dans un État qui a déclaré un moratoire sur la 5G après le début de la pandémie, pour voir si les statistiques changent. Compte tenu des preuves présentées ici, les données et les conclusions de cette étude doivent être prises en considération de toute urgence. Étant donné la gravité de la pandémie en ce moment, la presse et les autorités politiques et sanitaires ont la responsabilité de prendre des mesures urgentes. Ne pas agir au vu des conclusions de cette étude, pourrait être considéré au minimum comme de la négligence et même probablement comme de la négligence criminelle. "

 

Paru sur le 4 mai 2020 sur alterinfo.net

=> https://www.alterinfo.net/Etude-du-lien-entre-les-flambees-de-coronavirus-et-la-5G_a154873.html

 

29 mai 2020

 

Précédent : Les révélations du Professeur Moussa Seydi au Séné...   Suivant : De la manipulation de données dans The Lancet ?