Les masques sont-ils protecteurs ?

Le port du masque protège (uniquement si cela est fait avec rigueur, ce qui peut être compliqué) mais il ne faut pas oublier les autres mesures, qui sont les plus efficaces. 

Impact positif du port du masque à Hong-Kong pour limiter la contamination par le SARS-CoV-2

À Hong Kong, la population générale a commencé à porter les masques sur une base volontaire dès les premiers stades de l'épidémie. Un comptage par des professionnels de santé du nombre de personnes portant un masque parmi les 50 premières personnes rencontrées sur le trajet domicile-hôpital pendant trois jours consécutifs (du 6 avril au 8 avril 2020 entre le 7H et le 9H du matin) a mis en évidence un total de 96.5 %.
La grande majorité des cas de Covid-19 concernait des personnes  qui avaient été directement impliqués dans des activités sans l'utilisation de masques (restauration, karaoké, salles du sport)  et dans une proportion bien moindre les personnnes avaient été infectées dans l'environnement de travail avec l'utilisation de masques de protection. 
Le nombre d'infections par COVID-19 est statistiquement plus faible à Hong Kong que dans les États qui n'utilisent pas le masque pour l'ensemble de la population comme mesure active contre la propagation du SRAS-CoV-2 (Espagne, Italie, Allemagne, France, Etats-Unis, Royaume-Uni, et même Singapour et la Corée du Sud).

Article " Le rôle du port du masque facial à l'échelle de la communauté pour lutter contre l'épidémie de coronavirus 2019 (COVID-19) due au SRAS-CoV-2 " paru le 30 avril 2020 => https://www.journalofinfection.com/article/S0163-4453(20)30235-8/pdf

Oui au masque alternatif, sans oublier les mesures barrières

Le HCSP a été interrogé sur l’adaptation des mesures barrières et de distanciation sociale (hors champ sanitaire et médico-social), lors de la sortie du confinement. Le HCSP demande de respecter les gestes barrières, la distanciation physique, les mesures d’hygiène et les organisations individuelles et collectives.

Le HCSP précise que le port d’un masque grand public, répondant aux spécifications normatives, qu’il soit fabriqué par des industriels ou par des particuliers, est une mesure complémentaire des mesures de distanciation physique, des autres gestes barrières, d’hygiène des mains, d’aération des locaux et de nettoyage-désinfection des surfaces. Le port de ces masques grand public trouve une justification en population générale pour des espaces clos, notamment mal aérés ou insuffisamment ventilés ou en milieu extérieur si la distance physique d’au moins 1 mètre ne peut être respectée ou garantie.

Document paru le 26 avril => Coronavirus SARS-CoV-2 : Mesures barrières et de distanciation physique en population générale

Précédent : Comment interpréter l’épidémie du Covid-19 sur le ...   Suivant : La ré-adaptation post-Covid-19