Etude reCoVery et hydroxychloroquine

(...)

Aucun avantage clinique de l'utilisation de l'hydroxychloroquine chez les patients HOSPITALISES avec COVID-19

Une nouvelle déclaration a été publiée par les enquêteurs en chef de l’évaluation randomisée de l’essai COVid-19 THERAPY (RECOVERY) sur l’hydroxychloroquine.

Le professeur Peter Horby et le professeur Martin Landray, enquêteurs en chef de l'essai RECOVERY, ont déclaré: «En mars de cette année, RECOVERY a été créé comme un essai clinique randomisé pour tester une gamme de médicaments potentiels pour le COVID-19, dont l'hydroxycholoroloroquine.

«L’essai s’est déroulé à une vitesse sans précédent et a recruté plus de 11 000 patients de 175 hôpitaux du NHS au Royaume-Uni. Pendant tout ce temps, le comité indépendant de surveillance des données a examiné les données émergentes toutes les deux semaines environ pour déterminer s'il existe des preuves suffisamment solides pour influer sur le traitement national et mondial du COVID-19.

«Le jeudi 4 juin, en réponse à une demande de l'Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA), le comité indépendant de surveillance des données a procédé à un nouvel examen des données. Hier soir, le Comité a recommandé aux enquêteurs en chef de revoir les données sans insu sur le bras hydroxychloroquine de l'essai.

«Nous avons conclu qu'il n'y a pas d'effet bénéfique de l'hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés avec COVID-19. Nous avons donc décidé d'arrêter l'inscription des participants dans le bras hydroxychloroquine de l'essai RECOVERY avec effet immédiat. Nous publions maintenant les résultats préliminaires car ils ont des implications importantes pour les soins aux patients et la santé publique.

«Au total, 1 542 patients ont été randomisés pour recevoir de l'hydroxychloroquine et 3132 patients ont été randomisés pour les seuls soins habituels. Il n'y avait pas de différence significative dans le critère d'évaluation principal de la mortalité à 28 jours (25,7% d'hydroxychloroquine contre 23,5% de soins habituels; rapport de risque 1,11 [intervalle de confiance à 95% 0,98-1,26]; p = 0,10). Il n'y avait également aucune preuve d'effets bénéfiques sur la durée du séjour à l'hôpital ou d'autres résultats.

«Ces données excluent de manière convaincante tout bénéfice significatif de la mortalité par l'hydroxychloroquine chez les patients hospitalisés avec COVID-19. Les résultats complets seront rendus disponibles dès que possible.

Peter Horby, professeur de maladies infectieuses émergentes et de santé mondiale au Département de médecine de Nuffield, Université d'Oxford, et chercheur en chef pour l'essai, a déclaré: `` L'hydroxychloroquine et la chloroquine ont reçu beaucoup d'attention et ont été utilisées très largement pour traiter le COVID patients malgré l’absence de preuves solides. L'essai RECOVERY a montré que l'hydroxychloroquine n'est pas un traitement efficace chez les patients hospitalisés avec COVID-19. Bien qu'il soit décevant que ce traitement se soit révélé inefficace, il nous permet de concentrer les soins et la recherche sur des médicaments plus prometteurs. »

Martin Landray, professeur de médecine et d'épidémiologie au Département de santé des populations de Nuffield, Université d'Oxford, et chercheur en chef adjoint, a déclaré: `` Il y a eu une énorme spéculation et une grande incertitude sur le rôle de l'hydroxychloroquine comme traitement du COVID-19, absence d'informations fiables provenant de grands essais randomisés. Les résultats préliminaires d'aujourd'hui de l'essai RECOVERY sont assez clairs - l'hydroxychloroquine ne réduit pas le risque de décès chez les patients hospitalisés pour cette nouvelle maladie. Ce résultat devrait changer la pratique médicale dans le monde et démontre l’importance de vastes essais randomisés pour éclairer les décisions concernant à la fois l’efficacité et la sécurité des traitements. »

Tous les détails du protocole d'étude et des documents connexes sont disponibles sur www.recoverytrial.net

A VERIFIER DONC POUR LES COMPARER AVEC LES CRITERES PRECONISES PAR LE PR DIDIER RAOULT ET VOIR SI C'EST EFFECTIVEMENT COMPARABLE (EN PARTICULIER LE DELAI D'ADMINISTRATION DU TRAITEMENT PAR RAPPORT (PRECOCE OU LORS DE LA 2ème PHASE ... ?)

Publié sur le site de l'Université d'Oxford le 5 juin 2020 => http://www.ox.ac.uk/news/2020-06-05-no-clinical-benefit-use-hydroxychloroquine-hospitalised-patients-covid-19

 

05 juin 2020

Interview radio du Dr Corinne REVERBEL qq jours après la parution de l'étude du Lancet du 22 mai

 

Critiques argumentées de l'étude du Lancet par le Dr Corinne REVERBEL, docteur en biochimie et microbiologie (ex-chercheuse) => Fiabilité modérée (beaucoup de patients cardiaques) et gros risque d'erreurs de ce type d'étude (problème de distorsion des échantillons, inappropriés à être comparés).

 

Etude anglaise reCoVery 

- pas de problème de sécurité de l'hydroxychloroquine

- 10000 patients

- essai poursuivi malgré l'étude du Lancet du 22 mai 2020

Précédent : Lettre ouverte de 300 scientifiques brésiliens ind...   Suivant : Interview radio du Pr Didier RAOULT du 27 mai 2020