Hydroxychloroquine et prise en charge précoce de l'infection Covid-19

Impact de la démarche " diagnostic + isolement + traitement " précoce ...

Diagnostic précoce et prise en charge des patients COVID-19: une étude de cohorte en vie réelle de 3 737 patients, Marseille, France

Abstract

Contexte
Dans notre institut de Marseille, en France, nous avons proposé un dépistage précoce et massif de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19). Une hospitalisation et un traitement précoce à l'hydroxychloroquine et à l'azithromycine (HCQ-AZ) ont été proposés pour les cas positifs.

Méthodes:
Nous rapportons rétrospectivement la prise en charge clinique de 3 737 patients, dont 3 054 (81,7%) traités par HCQ-AZ pendant au moins trois jours et 683 (18,3%) patients traités par d'autres méthodes («autres»). Les résultats étaient le décès, le transfert à l'unité de soins intensifs (USI), ≥ 10 jours d'hospitalisation et l'excrétion virale.

Résultats
En testant 101 522 échantillons par amplification en chaîne par polymérase (PCR) de 65 993 personnes, nous avons diagnostiqué 6 836 patients (10,4%), dont 3 737 inclus dans notre cohorte. L'âge moyen était de 45 ans (17 ans), 45% étaient des hommes et le taux de mortalité était de 0,9%. Nous avons effectué 2 065 tomodensitométries à faible dose (TDM) mettant en évidence des lésions pulmonaires chez 581 des 933 (62%) patients présentant des symptômes cliniques minimes (score NEWS = 0). Une différence entre dyspnée spontanée, hypoxémie et lésions pulmonaires a été observée. Facteurs cliniques (âge, comorbidités, score NEWS-2), facteurs biologiques (lymphopénie; éosinopénie; diminution du zinc sanguin; et augmentation des D-dimères, lactate déshydrogénase (LDH), créatinine phosphokinase (CPK) et protéine c-réactive ( CRP)) et les lésions modérées et sévères détectées dans les tomodensitogrammes à faible dose étaient associées à de mauvais résultats cliniques. Le traitement par HCQ-AZ a été associé à une diminution du risque de transfert vers l'unité de soins intensifs ou de décès (HR 0,19 0,12-0,29), une diminution du risque d'hospitalisation ≥ 10 jours (odds ratios IC 95% 0,37 0,26-0,51) et une durée plus courte de l'excrétion virale (délai avant PCR négative: HR 1,27 1,16-1,39). Un allongement du QTc (> 60 ms) a été observé chez 25 patients (0,67%) conduisant à l'arrêt du traitement dans 3 cas. Aucun cas de torsade de pointe ou de mort subite n'a été observé.

Conclusion
Un diagnostic précoce, un isolement précoce et un traitement précoce avec au moins 3 jours de HCQ-AZ se traduisent par des résultats cliniques et une contagiosité significativement meilleurs chez les patients atteints de COVID-19 que les autres traitements. Le suivi à long terme du dépistage de la fibrose sera le prochain défi dans la gestion de COVID-19.

Publié le 27 mai sur le site de l'IHU => https://www.mediterranee-infection.com/early-diagnosis-and-management-of-covid-19-patients-a-real-life-cohort-study-of-3737-patients-marseille-france/

28 mai 2020

Précédent : Interview radio du Pr Didier RAOULT du 27 mai 2020   Suivant : Hydroxychloroquine - entre une démarche soignante ...