La protéine Spike synthétique des "vaccins" anti-Covid19 est dangereuse par elle-même

  • Le 03/06/2021

Les composés des "vaccins" à ARNm anti-Covid19 NE SE COMPORTENT PAS dans l'organisme comme les composés des vaccins traditionnels. Contrairement à ce qui a été annoncé par les fabriquants, la protéine Spike ne reste pas dans le site d'injection. Il a été mis en évidence qu'elle pénètre dans le sang et y reste plusieurs jours avant de pénétrer dans des organes et des tissus (dont la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales, les ovaires). La protéine Spike injectée a la capacité de se fixer à des récepteurs spécifiques (ACE2) sur les plaquettes sanguines et les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins.

Interview du Dr Byram BRIDLE, professeur agrégé d'immunologie virale à l'Université de Guelph

"... la protéine spike passe dans le sang, circule dans le sang d'un individu, pendant plusieurs jours après la vaccination, elle s'accumule, une fois qu'elle passe dans le sang, elle s'accumule dans un certain nombre de tissus tels que la rate, la moelle osseuse, le foie, la glande surrénale".

"nous ne savions pas que la protéine spike elle-même était une toxine ... en vaccinant les gens, nous leur inoculons par inadvertance une toxine". "

Interview en anglais => https://omny.fm/shows/on-point-with-alex-pierson/new-peer-reviewed-study-on-covid-19-vaccines-sugge

NB: les résultats des études des "vaccins" à ARMm réalisées sur des animaux n'avaient pas été rendues publique avant la demande d'autorisation temporaire de mise sur le marché (malgré la phase encore expérimentale) alors qu'elles avaient mis en évidence que les nanoparticules lipidiques contenant l'ARNm ne restaient pas sur le site d'injection (*) comme supposé par les fabriquants (considérant qu'elles seraient métabolisées localement, comme des lipides naturels ... !) mais se diffusaient bien dans l'organisme, pouvant parfois atteindre de très fortes concentrations dans certains organes ou parois vasculaires.

(*) muscle deltoïde chez l'humain 

"Antigène circulant du vaccin contre le SRAS-CoV-2 détecté dans le plasma des personnes ayant reçu le vaccin mRNA-1273 "

Une étude sur les vaccins COVID-19 suggère les raisons de l'inflammation cardiaque, des caillots sanguins et d'autres effets secondaires dangereux. 

Etude en anglais => https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciab465/6279075

" Dans cette étude, 11 participants présentent l'antigène S1 dans le plasma après la première injection, alors que les concentrations de nucléocapside sont insignifiantes chez tous les participants, ce qui confirme que le S1 détecté provient de la vaccination et non d'une infection naturelle. La présence de S1 est probablement due à la nature de la protéine de pointe codée mRNA-1273, qui contient un site S1-S2 clivable et permet la libération de S1 du trimère de pointe2.  Nous supposons que la libération de la protéine S1 pourrait résulter d'un clivage par des protéases de cellules de mammifères ou des protéases circulantes. Nous observons une augmentation de S1 sur une période initiale de un à cinq jours, ce qui suggère que la traduction de l'ARNm commence immédiatement après l'inoculation du vaccin.  Il est intéressant de noter que la protéine spike apparaît chez trois des treize participants en moyenne huit jours après la production de S1. Les tests antigéniques Simoa pour la protéine spike complète sont conçus pour nécessiter la liaison des anticorps aux deux sous-unités S1 et S2 pour la détection, ce qui fait qu'une protéine spike clivée est indétectable. De plus, les concentrations de la protéine spike dans le plasma des participants vaccinés peuvent être inférieures à la limite de détection de notre test. Nous supposons que les réponses immunitaires cellulaires déclenchées par l'activation des cellules T, qui se produiraient plusieurs jours après la vaccination, conduisent à la destruction directe des cellules présentant la protéine spike et à une libération supplémentaire de spike dans la circulation sanguine9.  Les mécanismes qui sous-tendent la libération de S1 libre et la détection ultérieure de la protéine de spike intacte ne sont pas clairs et nécessitent des études supplémentaires.
Nous présentons en outre des données sur les anticorps correspondants qui sont conformes aux études sérologiques réalisées dans le cadre d'essais de grande envergure2-5,10-12 pour étayer nos résultats sur les antigènes. Ici, les tests sérologiques Simoa sont suffisamment sensibles pour identifier la production d'anticorps à des stades précoces après la vaccination et pour établir le profil de la dynamique des anticorps pour chaque participant à haute résolution. Les IgG et IgA contre S1, spike et RBD augmentent après la production de S1 chez tous les participants. Il n'y a pas d'augmentation significative des IgG et IgA contre la nucléocapside, ce qui confirme que la réponse immunitaire était spécifique au vaccin, qui ne contient pas d'ARNm pour la nucléocapside. Pour tous les participants, l'augmentation des IgG contre le S1 et le spike correspond directement à la diminution de la protéine S1 ou spike lors de la deuxième injection.  La corrélation inverse entre les niveaux d'anticorps et d'antigène observée est cohérente avec des études antérieures portant sur l'infection naturelle par le SRAS-CoV-2, dans lesquelles des patients atteints de COVID-19 sévère avec des niveaux d'antigène plasmatique élevés ont présenté une clairance de l'antigène lors de la production d'anticorps7.  Nos tests d'antigène Simoa ne peuvent pas détecter les complexes immuns antigène-anticorps.  Bien que la protéine S1 soit présente chez la plupart des participants, les données sérologiques montrent que certains participants présentent une augmentation initiale des niveaux d'anticorps au 14ème jour par rapport à ceux qui ne présentent pas d'augmentation avant le 28ème jour.  Ces différences dans la dynamique des anticorps pourraient s'expliquer par une production précoce d'anticorps due à une infection asymptomatique antérieure, ce qui a récemment été démontré chez les participants séropositifs10.  Ici, nous observons deux participants (participants n°3, n°4) avec des niveaux de base élevés de pic d'IgG par rapport à tous les autres participants qui produisent des niveaux de pic d'IgG accrus au jour 14. Les limites de l'étude actuelle comprennent la petite taille de l'échantillon et les biais potentiels résultant du recrutement de jeunes adultes en bonne santé, qui peuvent ne pas être représentatifs de la population générale.  Les études futures devraient également examiner la dynamique de la production d'antigènes avec les anticorps de neutralisation. Néanmoins, la preuve de la détection systémique de la production des protéines spike et S1 du vaccin mRNA-1273 est significative et n'a pas encore été décrite dans aucune étude sur les vaccins, probablement en raison des limites de la sensibilité des tests et de l'évaluation du moment.  La pertinence clinique de cette découverte est inconnue et doit être explorée plus avant. Ces données montrent que la production d'antigène S1 après la vaccination initiale peut être détectée dès le premier jour et qu'elle est présente au-delà du site d'injection et des ganglions lymphatiques régionaux associés.  L'induction de réponses immunitaires IgG et IgA peut être détectée dès le cinquième jour après la vaccination et est associée à la clairance de l'antigène spike et S1 dans le circuit systémique. "

Téléchargé de https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciab465/6279075 par guest le 03 juin 2021, cliquer sur le le logo pdf pour découvrir la version intégrale de l'article en Anglais 

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Précédent : Produits médicaux expérimentaux et droit à l'intég...   Suivant : Effets secondaires vaccin Pfizer (données officiel...