Recommandation pour la prise en charge du " Covid long "

.

" Plus de 20 % des patients atteints de Covid-19 auraient des symptômes persistant plusieurs semaines après l’infection ; plus de 10 % les auraient jusqu’à 6 mois après. Ces séquelles, dont la physiopathologie est encore mal comprise (des mécanismes auto-immuns sont explorés, par exemple), sont un défi pour les professionnels de santé qui peuvent se sentir démunis pour les prendre en charge. 

La Haute Autorité de santé a élaboré à cet effet des fiches pratiques synthétisant les explorations cliniques et paracliniques nécessaires et les traitements possibles, en soins de premier recours, pour les principaux symptômes ou atteintes d’organes identifiés.

Ces manifestations cliniques, très diverses et fluctuantes, peuvent survenir même chez des personnes ayant fait des formes peu sévères de la maladie, et comprennent notamment : une fatigue majeure, un essoufflement, des troubles cardio-thoraciques (douleurs et oppressions thoraciques, tachycardie, dyspnée, toux), des troubles neurologiques (cognitifs, sensoriels – en particulier troubles de la concentration et de la mémoire –, céphalées), des troubles de l’odorat et du goût, ou encore des signes digestifs et cutanés. Pour chacun de ces symptômes, une fiche pratique est disponible, détaillant brièvement, algorithmes décisionnels à l’appui, la prise en charge et les éventuels traitements à prescrire. "

=> https://www.larevuedupraticien.fr/article/covid-long-enfin-des-recos?utm_medium=gms_RDP&utm_source=email&utm_campaign=Actus+18%2F02%2F2120210218&emst=sLHar1L6w8_39768_3548737_5#xtor=EREC-1-[NL_Actu]-20210218

Précédent : Mortalité / Covid versus mortalité / cancer   Suivant : Les victimes collatérales sur le plan de la Santé