Et si le problème principal des formes graves à sévère de Covid-19 était autre qu'une pneumonie ?

(...)

Voici, le retour d'expérience d'un cardiologue italien qui explique que les formes de Covid-19 avec atteinte respiratoire ont une origine cardiovasculaire, par thrombose veineuse diffuse => formation diffuse de caillots sanguins, d'origine inflammatoire  (constitués de fibrine, de globules blancs et de plaquettes).

Coronavirus: espoirs de la découverte du Dr Sandro Giannin (traduction)

(...)

" Son message donne beaucoup d'espoir."

«Je ne veux pas vous sembler accablant, mais je pense avoir démontré la cause de la létalité des coronavirus. Il n'y a qu'à Blessed Matthew qu'il y a 2 cardiologues à faire beaucoup d'efforts pour réaliser des échographies pour un total de 150 lits, et je suis l'un des deux. Terrible fatigue ! Cependant, de ce que certains supposaient, mais ne pouvaient pas être sûrs, nous avons maintenant les premières données. Les gens sont admis en réanimation à cause d'une thrombo-embolie veineuse généralisée, en particulier pulmonaire. Dans de tels cas, les réanimations et les intubations ne sont d'aucune utilité car il faut tout d'abord dissoudre les caillots, voire prévenir ces thromboembolies. Si vous ventilez un poumon où le sang n'arrive pas, ce n'est pas efficace ! Cela concerne 9 décès sur 10. Parce que le problème est d'abord cardiovasculaire et pas respiratoire ! C'est la micro-thrombose veineuse, et non la pneumonie qui cause le décès !

Et pourquoi les thrombus se forment-ils? Parce que l'inflammation, comme ce qui est enseignée lors dans les manuels, induit une thrombose par un mécanisme physiopathologique complexe mais bien connu. Donc ? Contrairement à ce que la littérature scientifique, en particulier chinoise, disait jusqu'à la mi-mars, que les anti-inflammatoires ne devaient pas être utilisés, ceux-ci doivent l'être en pratique. Maintenant, en Italie, des anti-inflammatoires et des antibiotiques sont utilisés (comme dans les recommandations) et le nombre de patients hospitalisés s'effondre. De nombreux cas de décès, même à l'âge de 40 ans, avaient des accès de fièvre élevée pendant 10 à 15 jours, qui n'étaient pas traités correctement. Dans ce type de situations, l'inflammation a tout détruit et a préparé le terrain pour la formation de thrombus. Le principal problème n'est pas le virus, mais la réaction immunitaire qui détruit les cellules où le virus pénètre. En fait, nos services COVID n'ont jamais enregistré de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde ! Parce qu'ils sont sous cortisone, un puissant anti-inflammatoire ! 
(et peut-être aussi, au moins pour certains, de l'hydroxychloroquine ?)

Par conséquent, les hospitalisations en Italie diminuent et cela devient une maladie qui est traitée à domicile. En en prenant bien soin du patient à domicile, vous évitez non seulement l'hospitalisation, mais aussi le risque thrombotique. Ce n'était pas facile à comprendre car les signes de micro-embolie sont flous, même à l'échographie. Mais ce week-end, j'ai comparé les données des 50 premiers patients entre ceux qui avaient des troubles respiratoires et ceux qui n'en avaient pas et la situation est apparue très claire. Pour moi, vous pouvez recommencer à sortir, à reprendre les activités, à rouvrir les entreprises. Plus besoin de quarantaine. Mais il est temps de publier ces données. Il y a le temps pour le vaccin. En Amérique et dans d'autres États qui suivent la littérature scientifique qui préconise de NE PAS utiliser d'anti-inflammatoires, c'est un désastre ! Pire qu'en Italie. Alors que ce sont des médicaments anciens et bon marché. "

 

Paru le 10 avril 2020 dans la presse italienne => https://buongiornonews.it/coronavirus-una-speranza-dalla-scoperta-del-prof-giannini/

 

12 avril 2020

 

Pour en savoir plus sur " Inflammation, thrombose et Covid-19 ", voir Complications du Covid-19

Précédent : " On dirait que l'oxygène n'arrive plus "   Suivant : Le point de vue du Pr Luc Montagnier