Traitement Covid-19 & études

(...)

Kineret Anakinra (anti-rhumatismal) contre les tempêtes cytokiniques ?

Paru le 11 mai sur huffingtonpost.fr => https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/rhumatologie/lanakinra-un-inhibiteur-dil-1-teste-dans-les-formes-severes-de-covid-19

L’ANSM a informé le 29 octobre 2020 que les essais cliniques évaluant l’efficacité de l’anakinra (antagoniste de l’interleukine-1) dans la prise en charge de la Covid-19 seraient suspendus.

 

Efficacité d'un traitement antibiotique associant Macrolide et C3G dans les cas avérés ou suspects de Covid-19, formes bénignes comme formes graves

RETOUR D’EXPÉRIENCE sur la prise en charge de MALADES SUSPECTS DE COVID 19 : GROUPE I, CABINET MÉDICAL DE CHABONS. Dr Sabine PALIARD-FRANCO

Publié le 26 mars 2020 sur le site de l'Association Gérontologique de Recherche et d'Enseignement en EHPAD (AGREE) => Retour d'expérience sur la prise en charge de malades suspects de covid 19 groupe 1 cabinet médical de Chabons Dr Sabine Paliard Franco

En l'absence de piste de traitement spécifique, c'est un traitement antibiotique associant 2 antibiotiques (macrolide + C3G), très peu chers et faciles à produire, utilisés depuis longtemps en association contre les pneumonie atypiques que ce médecin a instauré dans les suspicions de Covid-19. Elle constate à 24 à 48h (voire 72h) que tous les symptômes disparaissent brutalement, dans les formes bénignes et aussi dans les formes plus graves (avec problèmes respiratoires, terrains à risques, persones âges, fumeurs, diabète, cancer, ...). Aucun n'a eu besoin d'aller à l'hôpital. Ce protocole a depuis été utilisé dans la même région par d'autres médecins, y compris en EHPAD.

NB: l'azithromycine qu'utilise le Pr Didier Raoult en association avec l'hydroxychloroquine est un antibiotique de la famille des macrolides. En cas de contre-indication aux macrolides, c'est un antibiotique de la famille des tétracyclines qui peut être utilisé. Les tétracyclines ont une action virucide et agissent donc avant que le virus ne pénêtre trop profondément dans l'organisme et ne provoque les phénomènes inflammatoires qui peuvent devenir incontrolables. 

Ce protocole anti-infectieux macrolide + C3G est mentionné dans les recommandations du HCSP du 5 mars, cependant pas en antibiothérapie probabiliste initiale mais pour la prise en charge des patients présentant un choc septique associé => " antibiothérapie de type pneumonie communautaire (céphalosporines de 3ème génération (C3g) + macrolides" (en plus des autres mesures de prise en charge de l'état de choc). Le rapport intégral du HCSP est accessible via un lien dans la rubrique "Avis du HCSP du 05 mars 2020 relatif à la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus SARS-CoV2" (cf. en bas de page).

 

Les médicaments de ce protocole ne sont délivrables que sur ordonnance et doivent faire l'objet au préalable d'une consultation médicale, au moins en télé-consultation par visio-conférence (à défaut en consultation téléphonique) afin de valider les critères de suspicion de Covid-19 et de vérifier l'absence de contre-indication le cas échéant.

 

Fiches Vidal Famille (site Euréka Santé)

Les familles d'antibiotiques => https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/antibiotiques/familles.html

Béta-lactamines (dont font partie les Céphalosporines de 3ème génération) => https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/antibiotiques/familles.html?pb=penicillines

Macrolides => https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/antibiotiques/familles.html?pb=macrolides

Les cyclines (dont font partie les Tétracyclines) => https://eurekasante.vidal.fr/medicaments/antibiotiques/familles.html?pb=cyclines

 

LA VIDEO DE SILVANO TROTTA du 11 avril 2020 " ALERTE - NOUVEAU TRAITEMENT - A DIFFUSER " => https://youtu.be/giyZvits7DU, reprend les témoignages et retours d'expérience du Dr Cameron Kyle-Siddell Médecin Urgentiste à New-York (début de la vidéo), du Pr Sandro Giannini en Italie (à 4 min), du Dr Paliard-Franco médecin généraliste en Isère (à 8min15)

Attention en ce qui concerne l'intêret d'un traitement anti-inflammatoire évoqué par le Pr Sandro Giannini, qui correspond à des indications spécifiques.

Les éléments sont également retrouvés à la page Regards non académiques

 

13 avril 2020

Pour enrayer le coronavirus, trois médecins généralistes ont associé l'antibiotique Azithromycine à du zinc.

" Le protocole du Pr Raoult repose sur l'administration de l'hydroxychloroquine couplée à l'antibiotique azithromycine. Pour enrayer le coronavirus, trois médecins généralistes ont associé cet antibiotique à du zinc. Le docteur Gastaldi, l'un des praticiens, a expliqué au Parisien : "On a réfléchi sur ce qui pouvait augmenter l'effet de ce médicament. Le zinc est très efficace pour cela. On ajoute deux gélules d'Effizinc dans le protocole. Toujours de manière empirique, on a ajouté du Singulair, utilisé chez les personnes asthmatiques, pour son rôle d'anti-inflammatoire sur les tissus interstitiels pulmonaires. Chez les formes sévères, on ajoute de l'héparine à faible dose, pour prévenir les thromboses, les phlébites et les embolies pulmonaires, fréquentes avec le coronavirus." Pris précocement, les résultats de ces associations semblent encourageants. "Depuis quelques semaines, nous avons tous les trois prescrit ce traitement à tous nos patients atteints du coronavirus. Pour ma part, cela représente plus de 200 patients. J'ai eu seulement deux cas graves nécessitant une hospitalisation et qui sont sortis depuis. […] Si on se fie aux données connues sur la maladie, sur, au minimum, 200 cas, on aurait dû avoir au moins deux décès et une quarantaine d'hospitalisations." Un des avantages de l'azithromycine est sa toxicité limitée. Ce médicament "est largement prescrite tous les hivers chez les enfants et les adultes, sans effets secondaires. Il n'y a aucune raison de s'en priver dès les premiers symptômes. Ce serait formidable de sauver des vies!", a développé le Dr Gastaldi. Toutefois, ces résultats restent fragiles. En effet, il ne s'agit pas d'une une étude multicentrique et randomisée. De plus, les patients traités n'ont pas été testés positifs au Covid-19. "

Extrait de => https://www.linternaute.com/actualite/guide-vie-quotidienne/2484525-vaccin-et-medicaments-contre-le-coronavirus-les-dernieres-avancees/

 

21 mars 2020

COVERAGE, un essai clinique innovant pour le traitement précoce du Covid-19 (en ambulatoire) - CHU de BORDEAUX

" Cet essai, lancé par l'université et le CHU de Bordeaux et dont la première inclusion de patients a eu lieu mercredi 15 avril, comparera 4 traitements différents, chez des personnes de plus de 65 ans, traitées à leur domicile dès le début de la maladie. Il bénéficie notamment du soutien de la mission Covid-19 de l'université. " 

" 4 types de traitements vont être administrés dans 4 groupes de patients différents. L’hydroxychloroquine fait partie des traitements proposés. Au total, ce sont plus de 1000 patients qui devraient être inclus et faire l’objet d’un suivi très précis tout au long du traitement afin de suivre l’évolution de la maladie. La médecine de ville est fortement associée à la démarche et constitue un maillon essentiel dans le bon déroulement de l’essai. "

" L’investigateur principal de l’essai est le Professeur Denis Malvy, infectiologue et responsable de l’unité des maladies tropicales et du voyageur au CHU de Bordeaux, chercheur de l'équipe IDLIC « Maladies infectieuses dans les pays à ressources limitées » "

Paru le 15 avril sur u-bordeaux.fr => https://www.u-bordeaux.fr/Actualites/De-la-recherche/COVERAGE-un-essai-clinique-innovant-pour-le-traitement-precoce-du-Covid-19

 

16 avril 2020

 

OXYGENOTHERAPIE A HAUT DEBIT POUR EVITER L'INTUBATION ET LE TRANSFERT EN REANIMATION

Coronavirus : à l’hôpital de Vannes, l’oxygène à haut débit évite des intubations

" Pour les malades du Covid-19 en grande détresse respiratoire, le parcours de soins passe par l’intubation. Sauf à Vannes, où il existe une alternative : l’oxygénation à haut débit qui a pu jusqu’ici éviter des embouteillages de patients en réanimation. "

" Début mars, le Centre Hospitalier Bretagne Atlantique (CHBA) de Vannes a été le premier hôpital breton à recevoir le plus de malades atteints du coronavirus. Pourtant, malgré l’augmentation du nombre de patients graves à prendre en charge, les équipes de soignants n’ont pas été débordées. "

" Outre l’avantage de ne pas embouteiller le service de réanimation qui compte 20 lits, « la technique a moins d’effets secondaires et génère moins de risques infectieux que l’intubation. Le patient n’est pas placé en coma artificiel, il peut être installé au fauteuil et on peut très souvent maintenir l’alimentation », précise Audrey Créac’h Cadec. "

Paru dans letelegramme.fr le 03 avril 2010

=> https://www.letelegramme.fr/france/coronavirus-a-l-hopital-de-vannes-l-oxygene-a-haut-debit-evite-des-intubations-03-04-2020-12535355.php

ANTICORPS MONOCLONAUX

ANTICORPS MONOCLONAUX

L'essai CORIMUNO-TOCI, testant l’utilisation du tocilizumab (anticorps monoclonal " anti-IL6", qui bloque le récepteur de la cytokine interleukine-6), médicament utilisé notamment dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde, chez des patients Covid-19 avec pneumonie moyenne ou sévère, montre d'après les 1ers résultats une amélioration significative du pronostic de ces patients. 

Communiqué de presse de l'AP-HP  du27 avril 2020 => https://www.aphp.fr/contenu/le-tocilizumab-ameliore-significativement-le-pronostic-des-patients-avec-pneumonie-covid

29 avril 2020

 

L'efficacité du tocilizumab contre le Covid-19 fait débat à l'AP-HP

" Le 27 avril, l'AP-HP (hôpitaux de Paris) avait communiqué pour annoncer que le tocilizumab avait montré une efficacité chez les patients du Covid-19 dans un état grave. Toutefois, les auteurs de l'étude, qui s'inscrit dans un programme plus large nommé CORIMUNO, n'avaient pas publié de chiffres à l'appui de leurs affirmations. "

Sciencesetavenir.fr  du 06 mai 2020

***

ANTICORPS DE SYNTHESE

Un cocktail d'anticorps Covid-19 autorisé en urgence aux états-unis le 21 novembre 2020

L'Agence américaine des médicaments (FDA) a accordé en urgence une autorisation à un cocktail d'anticorps de synthèse de la société de biotechnologies Regeneron. Ce traitement avait été administré à Donald Trump en octobre 2020.

=> https://www.regeneron.com/

 

 

PRODUIT A BASE D'HEMOGLOBINE DE VER MARIN (l'Arénicole) - essai MONACO

Une enquête de Paris Match Essai clinique sur les causes de l'arrêt de cette étude avant même qu'elle ne débute

paru le 14 mai 2020 sur parismatch.com => https://www.parismatch.com/Actu/Sante/Essai-avorte-du-sang-de-ver-marin-nos-revelations-1685386

***

« MONACO » suspendu le 08 avril suite au retrait de son autorisation par l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé)

" En attente une nouvelle évaluation du dispositif selon l'AP-HP. "

Décision prise par l'ANSM en référence à une étude précédente avec des résultats négatifs ... ?!? (1) (2) (3) 

(1) " L'étude menée avec l'Inserm et l'Inra sur les greffes de porcs a démontré l'efficacité de cette hémoglobine. Cette hémoglobine a également l'avantage de circuler librement, il n'y a donc pas de systèmes de groupes sanguins comme les globules rouges qui renferment une hémoglobine. " (12 septembre 2011)

=> https://www.toutsurlatransfusion.com/actualite-transfusion-et-don-du-sang/transfusion_sanguine_hemoglobine_vers.php

(2) " Libération rend par ailleurs compte de la recherche menée par Franck Zal, fondateur de la société Hémarina, sur l’hémoglobine d’un ver marin, véritable « bouteille d’oxygène », « cinquante fois plus grande que l’hémoglobine humaine », qui pourrait avoir de nombreuses applications thérapeutiques (solution de maintien de la qualité des greffons, prise en charge de la drépanocytose …). " (14 juin 2013)

=> https://presse.inserm.fr/vendredi-14-juin-2013/8492/amp/

(3) " Cette molécule a déjà été testée avec succès lors de greffes de rein et de la greffe totale du visage réalisée en 2018 par le Pr Lantieri, fervent défenseur de la molécule qui a pressé les autorités d'autoriser le test de la molécule d'Hemarina dans le contexte du Covid. " (09 avril 2020)

=> https://francais.medscape.com/voirarticle/3605843?pa=UOzi53Ni4STH1pRLp2M4OAoTo6BwIvcOx9%2B3cbzYLar9qrSQeeMWF1c296QHjiqrX8MwC0EECwzp432Skuf9qw%3D%3D

09 avril 2020

***

" La biotech bretonne Hemarina a été entendue. Son produit à base d'hémoglobine de ver marin pourrait remplacer l'utilisation de respirateurs dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë, syndrome responsable des décès dans le Covid-19. Son protocole d'essai vient d'être autorisé et va être testé dans deux hôpitaux parisiens."

" Hemo2Life est en effet un transporteur d'oxygène universel issu de l'hémoglobine de ver marin, l'arénicole, capable de fixer 40 fois plus l'oxygène que l'hémoglobine humaine "

" l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a autorisé le protocole d'essai clinique dans la nuit de vendredi à samedi, pour des patients souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). "

 

Paru dans lequotidiendupharmacien.fr le 31 mars 2020

=> https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite-pharmaceutique/article/2020/03/31/covid-19-le-ver-marin-la-rescousse_283184

Le site Internet de HEMARINA => https://www.hemarina.com/

Le CHRU de Brest était déjà en cours d'élaboration d'un projet avec l'Arénicol avant la pandémie, nommé MARbiotech => https://www.chu-brest.fr/fr/recherche-universite/nos-travaux-recherche/arenicole

05 avril 2020

 

 

TRANSFERT D'IMMUNITE PAR TRANSFUSION DE PLASMA (Sérothérapie ou plasmathérapie)

" Le sang des patients guéris du Covid-19 peut-il sauver des vies ? "

" Des médecins chinois ont testé la transfusion de plasma issu de patients guéris sur des malades ayant une forme grave de Covid-19. Une piste de traitement ? "

Par Jean-Paul FRITZ

Journal of the American Medical Association ou JAMA 

Conclusion des auteurs: " 

Dans cette série de cas préliminaires non contrôlés de 5 patients gravement malades atteints de COVID-19 et de SDRA (Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe), l'administration de plasma de personnes convalescentes contenant des anticorps neutralisants a été suivie d'une amélioration de l'état clinique des patients. La taille limitée de l'échantillon et la conception de l'étude empêchent une déclaration définitive sur l'efficacité potentielle de ce traitement, et ces observations nécessitent une évaluation dans les essais cliniques.

=> https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2763983

L'APHP (Assistance Publique Hôpitaux de Paris), en partenariat avec l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et l'EFS (Etablissement Français du Sang), va débuter le 6 avril un essai clinique pour vérifier si l'injection de plasma des personnes guéries du Covid-19 pourrait aider les malades à lutter contre le virus.

O4 avril 2020

 

Cellules stromales mésenchymateuses de sang de cordon ombilical

Covid-19 : avec l'essai Stroma-CoV-2, l’AP-HP mise sur les cellules stromales mésenchymateuses de sang de cordon pour contrôler le syndrome de détresse respiratoire aigu

" Les cellules stromales mésenchymateuses ont déjà été utilisées chez l'homme dans de multiples pathologies à forte composante inflammatoire (maladies auto-immunes, certaines complications des greffes de moelle, insuffisance cardiaque ou pathologies hépatiques) et se sont révélées d'une excellente tolérance clinique. "

" Les chercheurs misent sur les propriétés anti-inflammatoires, anti-fibrotiques et immunomodulatrices bien documentées des cellules stromales mésenchymateuses du cordon ombilical, pour agir sur l'inflammation aiguë du tissu pulmonaire à l'origine du SDRA (Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe). Cette inflammation serait causée par « la libération explosive et incontrôlée de molécules (cytokines) pro-inflammatoires ». "

Paru dans lequotidiendumedecin.fr le 03 avril 2020 => https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/covid-19-avec-lessai-stroma-cov-2-lap-hp-mise-sur-les-cellules-stromales-mesenchymateuses-de-sang-de

 

05 avril 2020

 

 

IVERMECTINE (anti-parasitaire testé in vitro en Australie)

" Des chercheurs de l’université de Monash (Adelaïde, Australie) annoncent qu’un médicament connu et très utilisé dans le monde, s’avère efficace contre le nouveau coronavirus. " 

(...) " ce médicament, approuvé depuis longtemps par la FDA et l’OMS, tue in vitro (en éprouvette) et en 48 heures, le coronavirus. Des essais cliniques sur l’homme ont été entamés selon l’équipe de recherche et les résultats sont attendus d’ici un mois. La molécule en question est l’ivermectine " (...)

" les chercheurs affirment que l'ivermectine inhibe la réplication du SRAS-CoV-2 in vitro. Non seulement, il s’avère un inhibiteur du virus causal COVID-19 (SARS-CoV-2) in vitro, mais en un seul traitement capable de réduire le virus d'environ 5.000 fois à 48 h en culture cellulaire. "

" L'ivermectine est largement disponible, en raison de son inclusion sur la liste de l'OMS des médicaments essentiels. "

(...) " C’est un agent parasitaire à large spectre, reconnu et qui devait être expérimenté pour des effets à long terme contre le paludisme avec une seule prise par an. "

 

Paru dans Rédaction Médias24 le 04 avril 2020

=> https://www.medias24.com/l-ivermectine-anti-parasitaire-repandu-s-avere-efficace-contre-le-coronavirus-9162.html

L'article publié le 03 avril en "preview" (avant validation définitive pour publication)

=> https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0166354220302011

 

06 avril 2020

***

UTILISATION EN FRANCE

En parasitologie, l'Ivermectine est un antihelminthique (vermifuge, contre les vers parasites).

En dermatologie, l'Ivermectine a des effets anti-inflammatoires par inhibition de la production de cytokines inflammatoires induites par un composant de la face externe de la membrane externe de  certaines bactéries (c'est une endotoxine pyrogène, c’est à dire qui provoque une réaction de fièvre). L'ivermectine provoque aussi la mort des parasites de la peau. Elle est utilisée par voie cutanée dans le traitement des lésions inflammatoires de la rosacée même si le mécanisme d’action n'est pas connu dans ce contexte (possiblement lié à l'activité anti-inflammatoire de l’ivermectine et/ou en provoquant la mort des acariens).

 

 

ANTIVIRAUX

 

LOPINAVIR / RITONAVIR (KALETRA©)

Un premier essai décevant pour le lopinavir-ritonavir

PAR DR IRÈNE DROGOU - PUBLIÉ LE 24/03/2020, dans lequotidiendumédecin.fr

" Des Chinois ont publié le premier essai randomisé évaluant l'anti-VIH associant le lopinavir et le ritonavir chez 199 patients ayant une forme grave de l'infection Covid-19." (...)

=> https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/un-premier-essai-decevant-pour-le-lopinavir-ritonavir

L'article publié dans The new england journal o f medicine. => 10 1056 nejmoa2001282 1

 

PROTOCOLE D’UTILISATION THERAPEUTIQUE de l'association Lopinavir/ritonavir dans l'Infection par le coronavirus SARS-CoV-2 (maladie COVID-19)

Exraits de la fiche ANSES du 30 mars 2020

" Ce médicament a une Autorisation de Mise sur le Marché dans le traitement de l’infection à VIH-1. Il est commercialisé en France depuis 2001. Des données d’activité pharmacodynamique suggèrent une activité contre le SARS-CoV-2. Un essai clinique conduit en Chine avec ce médicament n’a pu montrer que des tendances sans données conclusives sur son efficacité dans la maladie COVID-19. Aussi, à ce jour, aucun médicament (y compris le lopinavir/ritonavir) n’a apporté la preuve de son efficacité selon des standards d’évaluation dans le traitement ou la prévention de la maladie COVID-19. C’est pourquoi des essais cliniques sont en cours ou prévus (incluant le lopinavir/ritonavir), en France et au niveau international, et qui devront permettre de valider les options thérapeutiques en termes de rapport bénéfice/risque."

=> 20200330 put lopinavir/ritonavir 1

***

REMDESIVIR 

C'est un antiviral injectable du laboratoire américain Gilead, basé en Californie

" Gilead Sciences est un laboratoire de biotechnologie, spécialisé dans la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments innovants dans des aires thérapeutiques insuffisamment pourvues en traitement. L'objectif de la société est de faire progresser à travers le monde le traitement des patients souffrant de maladies engageant le pronostic vital " , dixit Gilead France => https://www.gilead.com/utility/global-operations/europe/france/french-translation

Le Remdesivir n’est pas encore commercialisé. Il a été testé sur Ebola. Des données in vitro ont montré qu’il était capable de diminuer la réplication du virus SARS-CoV-2 mais il n'y a pas encor ede résultats d'études cliniques.

Aux Etats-Unis, le centre médical de l’université du Nebraska le remdesivir a commencé à être testé chez certains Américains touchés par le Covid-19, évacués d’un bateau de croisière au Japon. D’autres essais sont en cours, notamment en Chine et maintenant en Europe (cf. Etude Discovery).

***

Remdesivir chez les adultes atteints de COVID-19 sévère: un essai multicentrique randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo

Yeming Wang et al.


" Dans cette étude de patients adultes admis à l'hôpital pour COVID-19 sévère, le remdesivir n'a pas été associé à des avantages cliniques statistiquement significatifs. Cependant, la réduction numérique du temps nécessaire à l'amélioration clinique chez ceux traités plus tôt nécessite une confirmation dans des études plus importantes. "

Publié dans The Lancet le 29 avril 2020 => https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31022-9/fulltext

***

Covid-19: l'OMS opposée à l'utilisation du remdesivir

" Le médicament antiviral Remdesivir n'est pas conseillé pour les patients admis à l'hôpital pour la Covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n'y a actuellement pas de preuve qu'il améliore la survie, ni qu'il permette d'éviter d'être placé sous ventilation artificielle " - communiqué OMS

Publié le 20 nov 2020 => https://www.sciencesetavenir.fr/sante/covid-19-l-oms-opposee-a-l-utilisation-du-remdesivir_149300

 

ETUDE EUROPEENNE " DISCOVERY " POUR TESTER 4 TRAITEMENTS EXPERIMENTAUX (dont l'hydrochloroquine seule et les antiviraux)

 

Covid-19 : Démarrage de l'essai clinique Discovery

INSERM SCIENCE - 

" Un essai clinique européen destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19 vient de démarrer. Coordonné par l’Inserm dans le cadre du consortium REACTing, cet essai inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères du Covid-19. Suite au lancement de cet essai, Florence Ader* - qui pilote cette étude - et Bruno Lina* ont répondu à vos nombreuses questions lors d’une visioconférence."

Cinq modalités de traitement sont étudiées

  • soins standards
  • soins standards plus remdesivir,
  • soins standards plus lopinavir et ritonavir,
  • soins standards plus lopinavir, ritonavir et interféron bêta (*)
  • soins standards plus hydroxychloroquine.

" L’attribution des modalités de traitement se fera de façon randomisée, c’est à dire aléatoire, mais patients et médecins sauront quel traitement est utilisé (on parle alors d’essai ouvert). L’analyse de l’efficacité et de la sécurité du traitement sera évaluée 15 jours après l’inclusion de chaque patient."

" L’objectif est de recruter au moins 800 participants en France (3 200 au niveau européen). L’essai clinique est “adaptatif”, c’est-à-dire que les traitements expérimentaux apparaissant comme inefficaces pourront être abandonnés rapidement et remplacés par d’autres molécules qui émergeront de la recherche. "

=>  https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/covid-19-demarrage-essai-clinique-discovery

(*)  Les interférons sont une famille de protéines d'origine naturelle, produites par des cellules en réponse à une infection virales. Les interférons sont des cytokines médiatrices de 3 types d’action : antivirale, antiproliférative et immunomodulatrice.  L'interféron bêta-1b a montré des activités à la fois antivirales et immunorégulatrices. Il est utilisé dans la SEP (Sclérose en Plaque) même si le mécanisme d'action n'est pas encore connu précisément. On sait cependant que l'action modulatrice de l'interféron bêta-1b sur la réponse biologique résulte d'une interaction avec les récepteurs cellulaires spécifiques se trouvant à la surface des cellules humaines.

 

Le vaccin BCG pour combattre le Covid-19 ?!? (INSERM)

" Des essais cliniques visant à tester l’efficacité du vaccin BCG contre le Covid-19 sont en cours ou sur le point d’être lancés dans les pays européens (Pays-Bas, Allemagne, France, Espagne…) et en Australie. " (...)

" le BCG a démontré auparavant chez les enfants un effet protecteur non spécifique contre les infections, en particulier respiratoires. Les vaccins vivants comme le BCG, le vaccin contre la rougeole ou encore le vaccin oral contre la polio auraient en effet des effets bénéfiques non spécifiques sur certaines infections. Le BCG pourrait ainsi permettre de diminuer l’importance de l’infection au virus SARS-CoV-2 en stimulant la mémoire de l’immunité innée, première immunité à entrer en jeu face à une infection, et en induisant ainsi une « immunité innée entraînée ». "

" Les chercheurs se veulent prudents : la piste du vaccin BCG (...) nécessite d’être explorée au sein d’essais cliniques rigoureux. Aucune donnée ne permet à ce jour de recommander une vaccination au BCG pour se protéger du Covid-19.  "

 

Paru le 1er avril sur presse.inserm.fr

=> https://presse.inserm.fr/le-vaccin-bcg-pour-combattre-le-covid-19-vraiment/38920/

 

08 avril 2020

 

Avis du HCSP relatifs à la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus SARS-CoV2

 

Coronavirus SARS-CoV-2 : prise en charge à domicile ou en structure de soins

Dans la majorité des cas, les patients atteints de Covid-19 sont pris en charge par un spécialiste en médecine générale. Les signes cliniques le plus souvent rapportés en médecine de ville, mais aussi les signes atypiques (anosmie ou agueusie, particularités chez la personne âgée…), sont précisés. Les critères pouvant nécessiter une prise en charge hospitalière doivent être recherchés d’emblée.

Parmi ces critères la saturation périphérique en oxygène en air ambiant inférieure à 95 % (en l’absence de pathologies hypoxémiantes antérieures) constitue un élément essentiel. L’identification de signes de gravité (saturation inférieure à 90 %, polypnée importante ou troubles de la conscience) nécessite de faire appel au Samu-centre 15.

La réponse sanitaire en ambulatoire doit faire appel à la coordination des acteurs des structures de prise en charge (cabinet de groupe, maison de santé, centre de santé, réseaux de soins de première ligne, Ehpad et hospitalisation à domicile [HAD]).

Le contact par téléphone ou en téléconsultation permet d’évaluer la situation clinique. Au terme de ce contact, des conseils simples peuvent être délivrés et une surveillance mise en place. Toutefois dans certaines situations, l’examen clinique s’avère indispensable en particulier pour mesurer la saturation périphérique en oxygène et la fréquence respiratoire. Lors de toute prise en charge en présentiel (qu’elle soit à domicile ou en structure de soins), le respect des mesures barrières et la protection des soignants demeurent essentiels.

La recherche du virus SARS-Cov2 par RT-PCR sera réalisée dans les situations figurant dans la liste de priorisation diagnostique.

Aucun autre examen biologique n’est recommandé de manière systématique, à l’exception de la recherche d’un diagnostic différentiel du Covid-19. La réalisation d’un scanner thoracique en ville n’est pas recommandée et la radiographie thoracique est peu contributive au diagnostic de Covid-19.

Prise en charge médicamenteuse :

  • À ce jour, aucune prescription de traitement à effet antiviral attendu n’est recommandée en ambulatoire en dehors d’essais cliniques.
  • En l’absence de pneumonie, seul un traitement symptomatique est recommandé, les anti-inflammatoires devant être proscrits
  • Lorsqu’une pneumonie a été identifiée, l’indication d’une antibiothérapie fait appel aux recommandations de la SPILF, SFMU.

Dans certaines situations les soins de support (comprenant éventuellement une oxygénothérapie) et soins palliatifs peuvent être mis en place à domicile.

Les spécificités de la prise en charge des personnes âgées sont rappelées. Les modalités de surveillance des patients (y compris lors de soins palliatifs) sont précisées.

Enfin les particularités de la prise en charge des patients en soins palliatifs ou en HAD sont détaillées

Date du document : 08/04/2020, Date de mise en ligne sur le site du HCSP : 15/04/2020 => Hcsp coronavirus sars cov 2 prise en charge a domicile ou en structure de soins

 

15 avril 2020

***

Avis du HCSP du 05 mars 2020 relatif à la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus SARS-CoV2 

Document pdf de l'avis du 05 mars 2020 => Hcspa20200305 coviprisenchardescasconf

14 mars 2020

 

Hydrocortisone, vitamine C et thiamine pour le traitement de la septicémie sévère et du choc septique

Hydrocortisone, Vitamin C, and Thiamine for the Treatment of Severe Sepsis and Septic Shock

Le Pr Paul MARIK, professeur de médecine interne, pneumologue et chef d’un service de réanimation en Virginie (USA), utilise actuellement ce protocole (qu'il a mis au point) dans le traitement du COVID-19.

=> https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27940189?base=890&campaignId=454&segmentId=620&shootId=3829

Le Dr Antoine Dewitte  du service de Réanimation Magellan INSERM au CHU de Bordeaux cite le " protocole Marik " dans une présentation sur le choc septique.

Le diaporama (1ère et dernière page) => Le choc septique Dr Antoine Dewitte protocole Pr Paul Marik

 

18 avril 2020

Un médicament commercialisé au Japon et en Corée bientôt testé sur l'Homme contre les orages cytokiniques

" L'ibudilast, médicament utilisé au Japon et en Corée contre l'asthme, aurait permis chez la souris de calmer "l'orage cytokinique" qui provoque le syndrome de détresse respiratoire aiguë associé aux formes graves de Covid-19. Ce principe actif est en effet un inhibiteur du MIF (facteur d'inhibition de la migration des macrophages), molécule sécrétée par l'organisme et connue pour stimuler la production de diverses cytokines. Sur l'Homme, l(efficacité de l'ibudilast contre les formes sévères d'infection au SARS-CoV-2 sera évaluée par des chercheurs de l'Université de Yale."

Sienceetavenir.fr du 08 mai 2020 

=> http://Un médicament commercialisé au Japon et en Corée bientôt testé sur l'Homme contre les orages cytokiniques

08 mai 2020

Précédent : Introductions et propagation précoce du SRAS-CoV-2...   Suivant : La crainte d'un ethnocide