Comment le SARS-CoV-2 " s’installe " dans l’appareil respiratoire

(...)

 

Infection nasale et Covid-19 : une caractéristique qui rapproche SARS-CoV-2 des coronavirus des rhumes

La charge infectieuse impacte la réponse immunitaire innée en provoquant une phase d'inhibition de nos mécanismes de défense naturels, ce qui permet au SARS-Cov-2 de se multiplier rapidement. Ainsi, la sévérité d'un épisode de COVID-19 est proportionnelle à la charge infectieuse, au moins en partie.

Il y a une forte variabilité de la vulnérabilité des voies respiratoires profondes selon les individus (susceptibilité individuelle). La contamination des poumons ne se ferait pas principalement par voie aéroportée (ce qui produirait une atteinte diffuse des poumons), mais par micro-aspiration des sécrétions salivaires et nasopharyngiennes (d'où des foyers d'infection localisés).

Ainsi,  les fosses nasales sont à la fois la porte d'entrée et le foyer de multiplication principal du SARS-CoV-2 dans les premiers jours de l'infection, d'où l'intéret de l'usage des masques, y compris grand public, dans la prévention de la transmission de SARS-CoV-2.

" L'infection massive des fosses nasales, chez des sujets a- ou présymptomatiques, renforce l'importance de porter systématiquement un masque lors d'interactions sociales, en particulier dans les lieux à risque plus élevé de transmission. (...) en particulier par les personnes plus vulnérables aux formes sévères de COVID-19. "

Il y aurait une immunité locale (larmes et sécrétions nasales) mais sans séropositivité, ce qui limite l'intéret de stratégies sérologiques de mesure de l'immunité de groupe, en particulier chez les enfants et les adolescents.

NB: Références en cours de saisie

  Suivant : Quels symptômes inhabituels doivent faire recherc...