Traitement du Covid-19

OXYGENOTHERAPIE A HAUT DEBIT POUR EVITER L'INTUBATION ET LE TRANSFERT EN REANIMATION

Coronavirus : à l’hôpital de Vannes, l’oxygène à haut débit évite des intubations

" Pour les malades du Covid-19 en grande détresse respiratoire, le parcours de soins passe par l’intubation. Sauf à Vannes, où il existe une alternative : l’oxygénation à haut débit qui a pu jusqu’ici éviter des embouteillages de patients en réanimation. "

" Début mars, le Centre Hospitalier Bretagne Atlantique (CHBA) de Vannes a été le premier hôpital breton à recevoir le plus de malades atteints du coronavirus. Pourtant, malgré l’augmentation du nombre de patients graves à prendre en charge, les équipes de soignants n’ont pas été débordées. "

" Outre l’avantage de ne pas embouteiller le service de réanimation qui compte 20 lits, « la technique a moins d’effets secondaires et génère moins de risques infectieux que l’intubation. Le patient n’est pas placé en coma artificiel, il peut être installé au fauteuil et on peut très souvent maintenir l’alimentation », précise Audrey Créac’h Cadec. "

Paru dans letelegramme.fr le 03 avril 2010

=> https://www.letelegramme.fr/france/coronavirus-a-l-hopital-de-vannes-l-oxygene-a-haut-debit-evite-des-intubations-03-04-2020-12535355.php

HYDROXYCHLOROQUINE

Quid des études sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine ?

D'après l'expérience du Pr Didier RAOULT, c'est l'association " hydroxychloroquine + azithromycine " qui fonctionne sur la diminution de la charge virale (en 6 jours), sous réserve d'être prise au début des symptômes avec un test de dépistage Covid-19 positif et/ou un scanner thoracique (à la recherche de lésions pulmonaires, pouvant être présentes chez des "porteurs sains", c'est à dire contaminés par le SARS-CoV2 mais ne présentant pas ou pas encore de symptômes), sous surveillance médicale (avec un suivi électrocardiographique à J2).

Ce n'est pas cette association médicamenteuse qui va être testée dans les études en France (y compris dans l'étude Hycovid débutée depuis le 1er avril dans 33 hôpitaux et coordonnée par le CHU d'Angers, cf. ci-dessous). Il ne faut donc pas s'attendre à ce que l'effet bénéfique potentiellement mis en évidence soit aussi franc que dans les conditions décrites par le Pr Didier RAOULT, c'est à dire telle qu'elle est utilisée (en association avec l'azithromycine, qui est un médicament antibiotique utilisé dans les infections respiratoires) pour les patient(e)s attein(e)s de Covid-19 et pris(e)s en charge en ambulatoire ou en hospitalisation à l'IHU de Marseille.

Dans l'étude parue le 20 mars dans la revue International Journal of Antimicrobial Agents, (échantillon de 20 patients Convid-19 soignés au sein de l'IHU à Marseille), il est indiqué qu'après 6j de traitement (associant hydroxychloroquine et azithromycine), " 70% des patients traités par l'hydroxychloroquine étaient guéris virologiquement. "

=> https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920300996

Dans une 2ème étude, en pré-publication le 27 mars 2020, (échantillon de 80 patients Civid-19 soignés au sein de l'IHU à Marseille) il est indiqué que " la majorité des patients (81,3%) avaient des résultats favorables et sont sortis de notre unité avec de faibles scores infectieux." " Seulement 15 % ont nécessité une oxygénothérapie ." (il s'agit toujours de la mise en oeuvre du traitement associant hydroxychloroquine et azithromycine)

=> https://www.mediterranee-infection.com/wp-content/uploads/2020/03/COVID-IHU-2-1.pdf

" Nous faisons la démonstration que la combinaison des deux traitements a un effet synergique qui inhibe totalement la réplication du virus. "

" Utilisés séparément, l'hydroxychloroquine et l'antibiotique ont un effet faible ou nul sur la production virale."

02 avril 2020

***

Etude française Hycovid

Cette étude a été préparée en 15 jours, le CHU d'Angers possédant un stock d’hydroxychloroquine (prévu initialement pour une autre étude). Elle est menée par le Dr Vincent Dubée médecin infectiologue et le Pr Alain Mercat, président de la commission médicale d’établissement.

L’étude sera proposée à des patients jugés "à risque", c'est à dire des personnes de plus de 75 ans, avec ou sans difficultés respiratoires (mais sans administration d'oxygène), y compris des patients en Ehpad. Les patients qui accepteront de participer à l’étude ne seront pas informés pendant le traitement s’ils sont traités par un placebo ou par de l'hydroxychloroquine.

1300 personnes pourront être inclues dans l'étude (650 recevront un placebo et 650 recevront l’hydroxychloroquine).

L’étude se déroulera dans 33 établissements, les centres étant ouverts progressivement.

Le coût de cette étude est de 850 000 euros.

 

Hycovidpptx libreoffice impress 854x841

 

Centres Hospitaliers Universitaires (CHU): Amiens, CHU Île-de-France AP‐HP (4 sites), Brest, Caen, Dijon, Limoges, Nantes, Poitiers, Rennes, Saint‐Etienne, Toulouse, Tours, CHR d’Orléans.

Centres Hospitaliers : Agen, Cherbourg, Cholet, Colmar, Laval, Lorient, Le Mans, Melun Monaco, Niort, Pontoise, Quimper Saint‐Brieuc, Rezé, Roche/Yon, Saint‐Nazaire, Tourcoing, Valenciennes, Vannes, Versailles.

02 avril 2010

***

COVID-19 : Une étude sur l’hydroxychloroquine a eu un impact médiatique ...

Selon le Dr Hervé Maisonneuve c'est  grâce aux pseudo-experts ignorant les bonnes pratiques scientifiques ".

Le Dr Hervé Maisonneuve est médecin de santé publique, rédacteur du blog redactionmedicale.fr, " qui s'adresse aux professionnels de santé désirant connaître le fonctionnement et les actualités des revues biomédicales." 

Il explique son point de vue dans le Global Editorial du 2

Covid19: Une étude sur l'hydroxychloroquine a eu un impact médiatique grâce aux pseudo-experts ignorant les bonnes pratiques scientifiques 1

A NOTER: depuis le début de la pandémie Covid-19, les études sont rendues publiques en "preview" donc dès les 1ers résultats, ce qui n'est pas le processus habituel, certains résultats peuvent donc être modifiés ou corrigés au fil du temps pour une même étude, jusqu'à la validation définitive de la publication.

04 avril 2020

***

Restriction de prescription du PLAQUENIL© (hydroxychloroquine)

Le Journal Officiel de la République française (JORF n°0074) vient de publier un “décret n° 2020-314 du 25 mars 2020” qui vient "compléter" le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire” et qui autorise entre-autre l'administration de la spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© (hydroxychloroquine).

« Chapitre 7« Dispositions relatives à la mise à disposition de médicaments

« Art. 12-2. – Par dérogation à l’article L. 5121-8 du code de la santé publique, l’hydroxychloroquine et l’association lopinavir/ritonavir peuvent être prescrits, dispensés et administrés sous la responsabilité d’un médecin aux patients atteints par le covid-19, dans les établissements de santé qui les prennent en charge, ainsi que, pour la poursuite de leur traitement si leur état le permet et sur autorisation du prescripteur initial, à domicile.
« Les médicaments mentionnés au premier alinéa sont fournis, achetés, utilisés et pris en charge par les établissements de santé conformément à l’article L. 5123-2 du code de la santé publique.
« Ils sont vendus au public et au détail par les pharmacies à usage intérieur autorisées et pris en charge conformément aux dispositions du deuxième alinéa de l’article L. 162-17 du code de la sécurité sociale. Le cas échéant, ces dispensations donnent lieu à remboursement ou prise en charge dans ce cadre sans participation de l’assuré en application des dispositions de l’article R. 160-8 du même code. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé est chargée, pour ces médicaments, d’élaborer un protocole d’utilisation thérapeutique à l’attention des professionnels de santé et d’établir les modalités d’une information adaptée à l’attention des patients.
« Le recueil d’informations concernant les effets indésirables et leur transmission au centre régional de pharmacovigilance territorialement compétent sont assurés par le professionnel de santé prenant en charge le patient dans le cadre des dispositions réglementaires en vigueur pour les médicaments bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché.
« La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© et les préparations à base d’hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d’officine que dans le cadre d’une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d’un renouvellement de prescription émanant de tout médecin.
« Afin de garantir l’approvisionnement approprié et continu des patients sur le territoire national, en officines de ville comme dans les pharmacies à usage intérieur, l’exportation des spécialités contenant l’association lopinavir/ritonavir ou de l’hydroxychloroquine est interdite. Ces dispositions ne s’appliquent pas à l’approvisionnement des collectivités relevant des articles 73 et 74 de la Constitution et de la Nouvelle-Calédonie.
« Pour l’application du présent article, sont considérés comme établissements de santé les hôpitaux des armées, l’Institution nationale des Invalides et les structures médicales opérationnelles relevant du ministre de la défense déployées dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. ».

Version électronique authentifiée publiée au JO n° 0074 du 26/03/2020 => Joe 20200326 0074 0031

Ainsi, la vente et la prescription de la spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© (hydroxychloroquine) sont possibles dans le cadre du Covid-19, y compris la vente au public en officine, sur prescription médicale (mais PAS par les médecins généralistes en prescription initiale, uniquement en renouvellement).

NB: l'hydroxychloroquine était en vente libre jusqu'au 15 janvier 2020, date à laquelle elle a été classée dans les substances vénéneuses (liste II des médicaments)  car selon l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) " la chloroquine substance de la même famille présente un potentiel génotoxique qui pourrait être similaire pour la substance hydroxychloroquine "  et selon l'ANSM (Agence national de sécurité du médicament et des produits de santé): pour " une harmonisation avec les médicaments de la même classe " 

=> Joe 20200115 0012 0013 Hydroxychloroquine sur liste II - substance vénéneuse 

26 mars 2020

TRANSFERT D'IMMUNITE PAR TRANSFUSION DE PLASMA (Sérothérapie)

" Le sang des patients guéris du Covid-19 peut-il sauver des vies ? "

" Des médecins chinois ont testé la transfusion de plasma issu de patients guéris sur des malades ayant une forme grave de Covid-19. Une piste de traitement ? "

Par Jean-Paul FRITZ

Journal of the American Medical Association ou JAMA 

Conclusion des auteurs: " 

Dans cette série de cas préliminaires non contrôlés de 5 patients gravement malades atteints de COVID-19 et de SDRA (Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe), l'administration de plasma de personnes convalescentes contenant des anticorps neutralisants a été suivie d'une amélioration de l'état clinique des patients. La taille limitée de l'échantillon et la conception de l'étude empêchent une déclaration définitive sur l'efficacité potentielle de ce traitement, et ces observations nécessitent une évaluation dans les essais cliniques.

=> https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2763983

L'APHP (Assistance Publique Hôpitaux de Paris), en partenariat avec l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et l'EFS (Etablissement Français du Sang), va débuter le 6 avril un essai clinique pour vérifier si l'injection de plasma des personnes guéries du Covid-19 pourrait aider les malades à lutter contre le virus.

O4 avril 2020

PRODUIT A BASE D'HEMOGLOBINE DE VER MARIN

" La biotech bretonne Hemarina a été entendue. Son produit à base d'hémoglobine de ver marin pourrait remplacer l'utilisation de respirateurs dans le syndrome de détresse respiratoire aiguë, syndrome responsable des décès dans le Covid-19. Son protocole d'essai vient d'être autorisé et va être testé dans deux hôpitaux parisiens."

" Hemo2Life est en effet un transporteur d'oxygène universel issu de l'hémoglobine de ver marin, l'arénicole, capable de fixer 40 fois plus l'oxygène que l'hémoglobine humaine "

" l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a autorisé le protocole d'essai clinique dans la nuit de vendredi à samedi, pour des patients souffrant du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA). "

 

Paru dans lequotidiendupharmacien.fr le 31 mars 2020

=> https://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite-pharmaceutique/article/2020/03/31/covid-19-le-ver-marin-la-rescousse_283184

Le site Internet de HEMARINA => https://www.hemarina.com/

Le CHRU de Brest était déjà en cours d'élaboration d'un projet avec l'Arénicol avant la pandémie, nommé MARbiotech => https://www.chu-brest.fr/fr/recherche-universite/nos-travaux-recherche/arenicole

Cellules stromales mésenchymateuses de sang de cordon ombilical

Covid-19 : avec l'essai Stroma-CoV-2, l’AP-HP mise sur les cellules stromales mésenchymateuses de sang de cordon pour contrôler le syndrome de détresse respiratoire aigu

" Les cellules stromales mésenchymateuses ont déjà été utilisées chez l'homme dans de multiples pathologies à forte composante inflammatoire (maladies auto-immunes, certaines complications des greffes de moelle, insuffisance cardiaque ou pathologies hépatiques) et se sont révélées d'une excellente tolérance clinique. "

" Les chercheurs misent sur les propriétés anti-inflammatoires, anti-fibrotiques et immunomodulatrices bien documentées des cellules stromales mésenchymateuses du cordon ombilical, pour agir sur l'inflammation aiguë du tissu pulmonaire à l'origine du SDRA (Syndrome de Détresse Respiratoire Aigüe). Cette inflammation serait causée par « la libération explosive et incontrôlée de molécules (cytokines) pro-inflammatoires ». "

Paru dans lequotidiendumedecin.fr le 03 avril 2020 => https://www.lequotidiendumedecin.fr/actus-medicales/sante-publique/covid-19-avec-lessai-stroma-cov-2-lap-hp-mise-sur-les-cellules-stromales-mesenchymateuses-de-sang-de

 

05 avril 2020

 

ANTIVIRAUX

LOPINAVIR / RITONAVIR (KALETRA©)

Un premier essai décevant pour le lopinavir-ritonavir

PAR DR IRÈNE DROGOU - PUBLIÉ LE 24/03/2020, dans lequotidiendumédecin.fr

" Des Chinois ont publié le premier essai randomisé évaluant l'anti-VIH associant le lopinavir et le ritonavir chez 199 patients ayant une forme grave de l'infection Covid-19." (...)

=> https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/un-premier-essai-decevant-pour-le-lopinavir-ritonavir

L'article publié dans The new england journal o f medicine. => 10 1056 nejmoa2001282 1

 

PROTOCOLE D’UTILISATION THERAPEUTIQUE de l'association Lopinavir/ritonavir dans l'Infection par le coronavirus SARS-CoV-2 (maladie COVID-19)

Exraits de la fiche ANSES du 30 mars 2020

" Ce médicament a une Autorisation de Mise sur le Marché dans le traitement de l’infection à VIH-1. Il est commercialisé en France depuis 2001. Des données d’activité pharmacodynamique suggèrent une activité contre le SARS-CoV-2. Un essai clinique conduit en Chine avec ce médicament n’a pu montrer que des tendances sans données conclusives sur son efficacité dans la maladie COVID-19. Aussi, à ce jour, aucun médicament (y compris le lopinavir/ritonavir) n’a apporté la preuve de son efficacité selon des standards d’évaluation dans le traitement ou la prévention de la maladie COVID-19. C’est pourquoi des essais cliniques sont en cours ou prévus (incluant le lopinavir/ritonavir), en France et au niveau international, et qui devront permettre de valider les options thérapeutiques en termes de rapport bénéfice/risque."

=> 20200330 put lopinavir/ritonavir 1

***

REMDESIVIR 

C'est un antiviral injectable du laboratoire américain Gilead, basé en Californie

" Gilead Sciences est un laboratoire de biotechnologie, spécialisé dans la découverte, le développement et la commercialisation de médicaments innovants dans des aires thérapeutiques insuffisamment pourvues en traitement. L'objectif de la société est de faire progresser à travers le monde le traitement des patients souffrant de maladies engageant le pronostic vital " , dixit Gilead France => https://www.gilead.com/utility/global-operations/europe/france/french-translation

Le Remdesivir n’est pas encore commercialisé. Il a été testé sur Ebola. Des données in vitro ont montré qu’il était capable de diminuer la réplication du virus SARS-CoV-2 mais il n'y a pas encor ede résultats d'études cliniques.

Aux Etats-Unis, le centre médical de l’université du Nebraska le remdesivir a commencé à être testé chez certains Américains touchés par le Covid-19, évacués d’un bateau de croisière au Japon. D’autres essais sont en cours, notamment en Chine et maintenant en Europe (cf. Etude Discovery).

Avis du HCSP du 05 mars 2020 relatif à la prise en charge des cas confirmés d’infection au virus SARS-CoV2

ETUDE EUROPEENNE " DISCOVERY " POUR TESTER 4 TRAITEMENTS EXPERIMENTAUX (dont l'hydrochloroquine seule et les antiviraux)

Covid-19 : Démarrage de l'essai clinique Discovery

INSERM SCIENCE - 

" Un essai clinique européen destiné à évaluer quatre traitements expérimentaux contre le Covid-19 vient de démarrer. Coordonné par l’Inserm dans le cadre du consortium REACTing, cet essai inclura au moins 800 patients français atteints de formes sévères du Covid-19. Suite au lancement de cet essai, Florence Ader* - qui pilote cette étude - et Bruno Lina* ont répondu à vos nombreuses questions lors d’une visioconférence."

Cinq modalités de traitement sont étudiées

  • soins standards
  • soins standards plus remdesivir,
  • soins standards plus lopinavir et ritonavir,
  • soins standards plus lopinavir, ritonavir et interféron bêta (*)
  • soins standards plus hydroxychloroquine.

" L’attribution des modalités de traitement se fera de façon randomisée, c’est à dire aléatoire, mais patients et médecins sauront quel traitement est utilisé (on parle alors d’essai ouvert). L’analyse de l’efficacité et de la sécurité du traitement sera évaluée 15 jours après l’inclusion de chaque patient."

" L’objectif est de recruter au moins 800 participants en France (3 200 au niveau européen). L’essai clinique est “adaptatif”, c’est-à-dire que les traitements expérimentaux apparaissant comme inefficaces pourront être abandonnés rapidement et remplacés par d’autres molécules qui émergeront de la recherche. "

=>  https://www.inserm.fr/actualites-et-evenements/actualites/covid-19-demarrage-essai-clinique-discovery

(*)  Les interférons sont une famille de protéines d'origine naturelle, produites par des cellules en réponse à une infection virales. Les interférons sont des cytokines médiatrices de 3 types d’action : antivirale, antiproliférative et immunomodulatrice.  L'interféron bêta-1b a montré des activités à la fois antivirales et immunorégulatrices. Il est utilisé dans la SEP (Sclérose en Plaque) même si le mécanisme d'action n'est pas encore connu précisément. On sait cependant que l'action modulatrice de l'interféron bêta-1b sur la réponse biologique résulte d'une interaction avec les récepteurs cellulaires spécifiques se trouvant à la surface des cellules humaines.